Depuis le 8 janvier, 300 000 entreprises françaises sont soumises
à un nouveau système d’évaluation auprès de la Banque de France,
avec un impact sur les conditions émises par les banques lors d’une demande de prêt.


Toutes les sociétés françaises qui réalisent un chiffre d’affaires de plus de 750 000 € par an sont cotées par la Banque de France.
En début d’année, afin d’offrir une évaluation plus précise de la santé financière des 300 000 entreprises concernées, la Banque de France a modifié sa méthodologie et son échelle de cotation.

L’évolution est discrète, mais ses implications sont majeures pour les entreprises, notamment à la sortie d’une crise durant laquelle la plupart se sont fortement endettées ! Pour la Banque de France, il s’agissait également d’harmoniser les pratiques au sein de la zone euro.


Qu’est-ce qui change ?

Pour rappel, la cotation de la Banque de France est une estimation de la capacité d’une entreprise à honorer ses engagements financiers à un horizon de un à trois ans.
Elle prend forme d’une note de crédit qui sert de base lorsqu’une entreprise sollicite une banque pour obtenir un prêt. Plus la note est haute, plus les banques seront enclines à prêter à des conditions avantageuses.
En janvier, l’échelle de la Banque de France est passée de 13 à 22 rangs de notation dont 10 ouvrant droit au refinancement de la BCE (Banque centrale européenne) contre 5 auparavant.
Ce point est crucial car le prêt accordé à une entreprise éligible peut ainsi bénéficier de meilleures conditions : sa dette peut être utilisée par sa banque comme collatéral auprès de la BCE.

Autre changement : l’évaluation prend en compte de nouveaux éléments, notamment une analyse plus fine des comportements de paiement.
Par exemple, une trésorerie disponible artificiellement gonflée par un paiement tardif ne sera pas prise en compte.
À noter que les exigences retenues ne sont plus les mêmes pour une société en phase de démarrage.


Une nouvelle grille de cotation

En pratique, au 8 janvier 2022, toutes les cotations actives des entreprises présentes dans la base de la Banque de France ont été transcodées automatiquement selon la grille de correspondance ci-dessous :
nouvelle grille de cotation

Cette cotation sera revue et actualisée par une analyse individuelle au cours de l’année 2022.
Les entreprises concernées par un changement de cotation seront informées par courrier.

Selon la Banque de France, « l’effet sera globalement positif pour la majorité des entreprises ».
En l’occurrence, la meilleure granularité devrait permettre d’éviter les effets de seuil de la notation précédente.